FAQ

 Foires Aux Questions

Questions générales

Quel suivi dosimétrique choisir ?

Ce choix repose essentiellement sur l’analyse du poste de travail effectuée par la Personne Compétente en Radioprotection. Cette dernière doit, au cas par cas, analyser les conditions d’exposition potentielles des personnes et prendre en compte notamment la nature et l’énergie des rayonnements ionisants utilisés, les conditions d’utilisation, les moyens de radioprotection…

Au vue de cette analyse,  le type de suivi dosimétrique est défini. 

En cas d'exposition externe, dans la plupart des cas, un dosimètre « poitrine » est nécessaire. Si l’exposition est inhomogène, ce dosimètre poitrine doit être complété de dosimètres qui permettent de s’assurer du respect des limites de doses aux parties du corps les plus exposées (doigts, poignets).

En cas d'exposition interne, des analyses radiotoxicologiques ou un examen anthroporadiométrique peuvent être réalisés. Ces examens doivent passer par une prescription médicale rédigée par le médecin du travail.

Dans quel cas porter un dosimètre passif ?

L’exposition aux rayonnements ionisants n’est pas sans risque pour la santé. Il est donc important de quantifier les doses reçues. C’est le rôle du dosimètre lorsque vous travaillez dans une zone exposées à ces rayonnements. Extrêmement sensibles, nos dosimètres passifs permettent d’effectuer une mesure en temps différé de l’exposition externe des travailleurs, et de vérifier que les doses reçues par les personnes exposées dans le cadre de leur travail ne dépassent pas un certain seuil.

La réglementation française impose que l'employeur mette en oeuvre une surveillance dosimétrique individuelle approprié afin de surveiller que les seuils réglementaires soient respectées (Article R4451-64 du code du travail).

Le choix du dosimètre est de la responsabilité de l'employeur. Le dosimètre passif est aujourd'hui le moyen le plus simple et économique  de réaliser cette surveillance.

Dans quel cas faire un examen anthroporadiométrique ou des examens radiotoxicologiques ?

La réalisation d'un examen anthroporadiométrique ou radiotoxicologique représente un intérêt lorsque vous avez été potentiellement ou accidentellement soumis à une exposition interne.

Cela signifie que la source d'émission de rayonnements est située à l'intérieur de l'organisme, suite à l'incorporation d'un radionucléide, soit par inhalation, ingestion ou blessure.


Qu’est-ce qu’une personne compétente en radioprotection ?

Dans tout établissement dans lequel sont utilisés des rayonnements ionisants, l’employeur désigne une personne compétente en radioprotection (PCR). 

Après avoir suivi une formation spécifique,  la personne compétente en radioprotection :

  • - est consultée sur la délimitation des zones d’exposition,

  • - participe à la formation du personnel exposé aux rayonnements ionisants,

  • - évalue le risque d’exposition,

  • - définit les mesures de radioprotection,

  • - met en œuvre la dosimétrie passive et opérationnelle.

Dans quel cas puisse cas puis je faire appel à une PCR externe ?

​Hors INB (Installation Nucléaire de Base) soumise à une réglementation spécifique, vous avez la possibilité de passer par une PCR externe, également appelé OCR (Organisme Certifié en Radioprotection). Ce dernier peut assurer pour votre société les missions du conseiller en radioprotection déclinées à l’article R.4451-123 du Code du Travail.

Est-ce que l’IRSN assure les formations de personnes compétentes en radioprotection ?

Oui, l’IRSN met à votre disposition de nombreuses formations en matière de radioprotection et en particulier la formation de Personne Compétente en Radioprotection.

Pour joindre nos formateurs certifiés pour assurer cette formation :

https://formation.irsn.fr/

formationsfrance@enstti.eu

Téléphone : 01 58 35 83 00


Une femme enceinte travaillant dans un service mettant en oeuvre des rayonnements ionisants peut-elle continuer à exercer son activité professionnelle ?

​Vous trouverez toutes les informations utiles sur la page Grossesse et exposition aux rayonnements ionisants du site internet de l'IRSN.

Je suis amené(e) à prendre souvent l'avion au cours de mes déplacements professionnels, à quelle dose suis-je exposé ?

Le suivi dosimétrique des personnes amenées à prendre l'avion régulièrement ne doit pas être réalisé au moyen d'un dosimètre, mais à partir d'un calcul.


Pour avoir une idée du niveau de l'exposition en vol, vous pouvez vous rendre sur le site internet www.sievert-system.org et extraire la dose reçue pour chaque vol et la cumuler en fonction des vols effectués. 


Utilisation des dosimètres

Quelle est la différence entre dosimètre passif et dosimètre opérationnel ?

Un dosimètre passif est un dosimètre à lecture différée qui nécessite d'être retourné dans notre laboratoire afin de pouvoir être analysé.

Le dosimètre opérationnel est un dosimètre électronique qui permet au porteur de connaître immédiatement la dose reçue.

Comment porter son dosimètre nominatif ?

Le dosimètre corps entier est obligatoirement porté à la poitrine à l’aide d’une pince pour le fixer, ou en cas d’impossibilité, attaché à un cordon placé autour du cou, ou à la ceinture et, le cas échéant, sous les équipements individuels de protection. L’équivalent de dose individuel Hp10 ainsi mesuré est assimilé à la dose reçue par le corps entier.

​Le dosimètre doit être porté SOUS les équipements de protection (par ex : sous le tablier de plomb ou sous les gants radio atténuateurs pour un dosimètre bague).

Afin d’évaluer la dose au-dessus des Equipements de Protection Individuelle (EPI), tabliers, gants, vous pouvez commander des dosimètres « non nominatifs » qui seront dédiés à cette application.

À quoi sert le dosimètre témoin ?

Son obligation est définie dans l’arrêté du 17 juillet 2013 (modifié par l'arrêté du 26 juin 2019)  relatif à la carte de suivi médical et au suivi dosimétrique des travailleurs exposés aux rayonnements ionisants (annexe 1, paragraphe 1.2). Il est identifié comme tel et non destiné aux travailleurs, il fait l’objet de la même procédure d’exploitation que les autres dosimètres (acheminement, traitement), et ne doit en aucun cas être porté ou placé dans une zone réglementée.

Pour effectuer un calcul de dose, il est nécessaire de soustraire la dose liée à la radioactivité naturelle et c'est celle-ci qui est mesurée par le dosimètre témoin. Nous obtenons ainsi la dose professionnelle.

La meilleure pertinence de la mesure sera obtenue si le dosimètre témoin a été placé à l’abri de toute exposition liée à l’activité professionnelle.

Le dosimètre témoin doit nous être retourné en même temps que les autres dosimètres. Dans le cas contraire, la dose liée à la radioactivité naturelle est obtenue à partir d’un calcul (estimation) qui peut avoir également une influence sur la précision de la mesure surtout si le lieu d’utilisation se trouve dans une zone à forte radioactivité naturelle.

Comment ranger son dosimètre nominatif ?

​Hors utilisation, le dosimètre est placé idéalement sur un tableau (voir notre rubrique Accessoires), toujours à l’abri de source de rayonnements, de chaleur et d’humidité et si possible au même endroit que le dosimètre témoin.

Que faire en cas de perte d’un dosimètre ?

Si une personne perd son dosimètre, il convient de nous le signaler le plus rapidement possible de préférence par courriel à : dosimetrie@irsn.fr ou le cas échéant, par fax au : 01 30 15 52 24. Nous vous enverrons un dosimètre de remplacement (avec son dosimètre témoin).

En aucun cas, une personne ne doit porter un dosimètre nominatif attribué à une autre personne ni un dosimètre témoin ou d’ambiance.

A quoi servent les dosimètres d'ambiance et environnement ?

Le dosimètre d'Ambiance

Les dosimètres d’ambiance sont généralement utilisés dans le cadre des contrôles réglementaires des installations. Ils ont pour but de mesurer la dose dans une zone définie, qui peut être, une zone contrôlée, une zone surveillée ou une zone publique.

L’employeur procède ou fait procéder à des contrôles de radioprotection qui comprennent des contrôles des ambiances des lieux de travail. Ils permettent de disposer d’éléments contribuant à évaluer l’exposition des personnels en poste dans les zones surveillées ou contrôlées. Leur périodicité peut être mensuelle ou trimestrielle en fonction du type d’installation.


Le dosimètre Environnement

La surveillance de la radioactivité dans l’environnement, peut être assurée au moyen de dosimètres passifs RPL environnement. Le calcul de la dose « environnement » prend en compte la radioactivité naturelle (bruit de fond).

Actuellement, de nombreux exploitants de l’Industrie Nucléaire utilisent le Dosimètre Passif RPL Environnement pour leur contrôle réglementaire d’environnement. Ce dosimètre est également utilisé dans le réseau de surveillance de la radioactivité de l'environnement de l'IRSN.

Quel dosimètre pour faire une étude de poste ?

​Il revient à la personne compétente en radioprotection (PCR) de choisir, au cas par cas, poste par poste, les moyens de mesure adaptés à l’étude de poste. Elle peut utiliser des dosimètres passifs à lecture différée pour effectuer la totalité ou une partie de cette étude.

Il existe différents types de dosimètres pour réaliser ces études. Vous trouverez les dosimètres adaptés pour analyser les doses reçues au niveau des extrémités, du cristallin ou dans une zone de travail, sur notre rubrique Dosimètres pour études de postes.

Nos experts sont à votre disposition pour vous aider à définir votre besoin.

Ou positionner les dosimètres d'ambiance ?

La PCR a la responsabilité de choisir le lieu de l'installation des dosimètres d'ambiance. Chaque activité et chaque salle peut faire l'objet d'une installation différente. La PCR a la charge d'évaluer la configuration de chaque salle et de définir les lieux de positionnement les plus adéquats.

Les analyses radiotoxicologiques

Qui peut faire une demande d'examens radiotoxicologiques ?

La demande de ces examens peut être initiée par la personne compétente en radioprotection, en concertation avec la médecine du travail.

​L'examen de radiotoxicologie est un acte médical qui doit faire l'objet d'une prescription médicale.

Comment effectuer le recueil dans un service de médecine nucléaire ?

En médecine nucléaire, afin de mesurer les radionucléaides à périodes de vie courte, le recueil des urines peut se faire sur une journée de travail (minimum 7h - au lieu de 24h en standard). 

Les flaçons doivent ensuite être envoyés au plus tôt au laboratoire de l'IRSN.

Où consulter la liste des radionucléides analysables ?

​L'ensemble des radionucléides pouvant être recherchés sont disponibles dans le manuel de prélevement présent sur la page Téléchargements.

Vous y retrouverez la méthode de prélevement, la limite de détection et le délai moyen de rendu des résultats pour chaque radionucléide. 

Comment conserver les échantillons ?

​Dans l'attente de leur transmission, les échantillons peuvent être conservés à température ambiante ou dans un réfrigérateur.

L'anthroporadiométrie

Qui peut faire la demande d'un examen d'anthroporadiométrie ?

La demande de ces examens peut être initiée par la personne compétente en radioprotection, en concertation avec la médecine du travail.

​L'examen anthroporadiométrique est un acte médical qui doit faire l'objet d'une prescription médicale.

Où peut-on réaliser ce type d'examen ?

​Il est possible de réaliser cet examen sur le site IRSN du Vésinet dans les Yvelines ou sur site client avec l'aide des moyens mobiles de l'IRSN.

Vous pouvez demander un devis pour la réalisation d'examens mobiles. A noter qu'un nombre minimal d'examens peut être demandé compte tenu de l'organisation nécessaire pour ce type de déplacement.

Les résultats

Qui reçoit les résultats d'analyse ?

Pour la dosimétrie passive, les résultats d'analyse sont communiqués aux médecins du travail ainsi qu'aux Personnes Compétentes en Radioprotection de l'abonnement.

Pour la dosimétrie interne, les résultats d'analyse sont communiqués au médecin du travail.  Selon la réglementation,  le médecin peut ensuite choisir de communiquer les résultats à la PCR.

Les conditions d'accès aux résultats sont décrites dans les articles R4451-68, R4451-69 et R4451-70 du code du travail.

Abonnement / Commandes

Comment souscrire à un abonnement ?

​Pour toute souscription à un abonnement en dosimétrie, merci de nous contacter via l'adresse email dosimetrie@irsn.fr ou par téléphone au 01 30 15 52 22.

Nous vous verrons parvenir les documents nécecessaires à l'ouverture de votre compte.

Vous pouvez également passer par la page Contact de notre site internet.